1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>

Bernard Leclerc Ambassador Extraordinary and Plenipotentiary

Bernard Leclerc, is the current Ambassador of the Central African Republic in Eastern-Europe. Mr. Bernard Leclerc is an Extraordinary and Plenipotentiary Ambassador in the Eastern-European region, for the Central African Republic. His Excellency have his headquarters in the capital city of Hungary, in Budapest.

» Lire la suite...

Located in the Middle of the African Continent, The Central African Republic

Centrafrique or the Central African Republic is a landlocked.The CAR covers a land area of about 240,000 square miles (623,000 km²), and has an estimated population of about 4.4 million as of 2008.The capital city of the Central African Republic is, Bangui.

» Lire la suite...

The Economy of the Central African Republic, Based on Agriculture and Ecotourism

Ecotourism and agriculture are the two major sectors of the economy.The agriculture of the CAR is dominated by the cultivation and sale of food crops such as cassava, peanuts, maize, sorghum, millet, sesame, and plantain.The annual real GDP growth rate is jst above 3%.

» Lire la suite...
Previous
Suivant

DERNIERE MINUTE: Dans le Cadre de ses nouvelles fonctions d'Executive Vice President de la PACIFIC DEVELOPMENT FOUNDATION, S.E M. L'Ambassadeur se rendra prochainement dans Le Pacifique Sud

Un mini-sommet, jeudi à N'Djamena, pourrait redistribuer les cartes à Bangui et pousser le Président DJOTODIA vers la sortie

C.A.R. childrenPolitiquement, la République centrafricaine n'existe plus. Mis en place en janvier dernier après un accord entre toutes les parties de la crise signé à Libreville, le premier ministre de transition, Nicolas Tiangaye, n'a jamais su s'imposer. Cet avocat qui devait pourtant remettre le pays en ordre ne se fait pas entendre et n'a pratiquement plus aucune relation avec le président, Michel Djotodia. Le gouvernement est un fantôme et la pré­sidence chaotique. «Cela rend impossible toute tentative de négociations pour ­trouver une forme de paix», assure un ­diplomate africain.

Il faut impérativement se débarrasser des ministres d’Etat comme Crépin MBOLI GOUMBA ou Herbert Gontran DJONO-AHABA qui ne représentent rien si ce n’est qu’eux-mêmes ; lesquels auront des comptes à rendre au peuple centrafricain et à la Cour Pénale Internationale.

Le Figaro Flash Actu 8 janvier 2014

Share